acheter les romans publiés papier et numérique

<-->
Acheter
Vente directe ET liens librairies
extraits


Extraits
pas seulement romancier

<->
Théâtre
Essais, photos...
le romancier français

Je vis dans ce pays civilisé appelé France......

plutôt P4 que pigeon... j’ai choisi de vivre dans ce Quercy...

LXXIII Ce monde

Je vis dans ce monde. Je vis dans ce pays civilisé appelé France. Je suis né en 1968. J’ai connu la hantise de 1984. Il se passerait quelque chose. Sûrement la guerre avec l’URSS. J’aurais 16 ans. Je serais rapidement mobilisable. C’est ce qui se racontait, chez des gens qui n’avaient jamais lu Georges Orwell. J’ai connu la « guerre froide. » Le « un jour ils nous enverront une bombe atomique et on sera tous morts. » J’ai connu la chute du mur de Berlin mais je m’intéressais surtout à Angélique, pensée éternelle. J’ai connu la prédiction de « la fin des conflits. » J’ai refusé le service militaire, plutôt P4 que pigeon, j’ai refusé de moisir trente-sept ans et demi (c’aurait été au moins quarante) dans un bureau. J’ai refusé la tunique du pion d’un grand groupe, de Vivendi à Lagardère en passant par Gallimard, Sony ou le baron Ernest-Antoine, j’ai refusé de quémander un strapontin chez les installés... Je suis du Lot mais d’aucun de leurs clans.

J’ai voulu vivre à la campagne, y vivre tranquillement. Et je me réveille dans un monde où des croyances religieuses interdisent à une femme d’aimer l’homme qu’elle aime, où des kalachnikovs et de gros calibres se dégainent comme des appareils photos.
Je sais bien que derrière les apparences, ce territoire est gangrené de tous les côtés. Que dans cette grande démocratie le président de la commission des finances de 2010 à 2012 peut logiquement s’installer au ministère du budget socialiste, chargé de lutter enfin efficacement contre la fraude fiscale tout en transférant son argent, discrètement sorti de l’hexagone, d’un paradis fiscal à un autre, et dans ce pays la ministre de la Culture peut rester sous contrat avec le principal groupe d’édition, des associations peuvent recevoir des subventions du Conseil Général du Tarn-et-Garonne et les dépenser en achats de publicités dans la Dépêche du Midi, groupe également propriétaire d’une agence de voyage... Vive la ministre du Tourisme ! Martin Malvy mourra peut-être considéré.
Je sais bien que je ne trouverai ailleurs aucun endroit où vivre la vie comme je la vivais presque. Cet idéal que j’ai cru possible de partager avec Amina. Mais elle souhaitait autre chose. Elle n’a finalement jamais apprécié « ce bled ». Rapidement, elle m’annonça avoir simplement accepté de venir « temporairement » dans ce trou mais qu’un jour il faudrait que l’on parte à Djibouti, c’était son pays, il y faisait beau, on s’achèterait une villa sur les collines, avec l’irrigation, un magnifique verger de manguiers, bananiers… bien mieux qu’ici… Qu’à trente degrés ma peau explose ? Elle s’habituerait et « les riches » peuvent se payer l’air conditionné…

Je suis né dans ce pays, j’ai choisi de vivre dans ce Quercy. J’ignorais qu’il s’agissait d’une terre de clans, un seul média un seul parti, ou presque…

Je ne sais plus. Nadège, je te revois vomir sur moi. Je me revois vomir sur toi. Je vomis sur ce monde. La révolution ? Qui la mérite ? Ne sommes-nous pas simples lambeaux agenouillés devant des millionnaires imbus de leur position, sûrement conscients (rarement) qu’elle ne repose sur rien de concret, donc encore plus obstinés à essayer de la préserver en écrasant, en manipulant, les "inférieurs"…

Le roman de la révolution numérique



Ajouter un petit roman ou quelques mots



Voir sujet précédent du forum
vous souhaitez vous exprimer ? Vous pouvez proposer un nouveau sujet en respectant le thème du site.

Si vous souhaitez soutenir cette page :


Le romancier... la vidéo du recueil des 6 romans... celles où les chats sèment la pagaille
Vous abonner à la chaîne du romancier :